Vous connaissez le foot ?
Ce sport ô combien médiatisé où 22 joueurs courent après une balle sur la pelouse ?! Enfin 22… plutôt 20 joueurs qui courent et 2 qui veulent l’attraper avec les mains 😅
Mais connaissez-vous le futsal ?


Bon aller il faut bien l’avouer, pour moi qui vient du monde du basket, je pensais que le futsal était du foot… mais pour les frileux. Ceux qui préfèrent rester à l’abri dans un gymnase pour s’adonner « tranquillement » à leur sport favori (et je m’inclue bien entendu dans cette catégorie 🙃).

A l’image du basket et sa version outdoor le streetball, le foot et sa version indoor le futsal ont des règles similaires mais sont deux disciplines à part entière. A la limite le futsal se rapproche plus du foot à 5 que du football « classique » à 11 (tout comme le streetball se rapproche plus du 3×3 que du basket classique).

A l’occasion de l’ouverture du championnat régional 1 (Auvergne Rhône Alpes) de futsal, j’ai pu réellement découvrir ce qu’était le futsal du côté de Neuville sur Saône avec le Futsal Saône Mont d’Or (FSMD).

Un peu d’histoire (avec Wikipédia)

Le mot futsal vient de la contraction de football en salle (fútbol de salón en espagnol 🇪🇸 et futebol de salão en portugais 🇵🇹). L’idée de départ revient à un argentin (Juan Carlos Ceriani Gravier) qui en 1930 souhaitait créer un nouveau sport de balle au pied pouvant se jouer aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Sport de balle au pied ? Voyons Juan Carlos, fais donc du foot ! ⚽️ 


Non ! Juan Carlos ne voulait pas simplement jouer au foot sur un plus petit terrain, mais voulait une version du football avec d’autres règles plus strictes.

Recette originale du futsal

  • une bonne base de football :
    marquer des buts avec une balle au pied
  • une once de basketball
  • une pincée de handball
  • un zeste de waterpolo

Remuez le tout et vous obtiendrez 50 ans plus tard les premiers championnats du monde de futsal (en 1982).

D’hier à aujourd’hui, le futsal gagne du terrain

Depuis une quinzaine d’années maintenant, le futsal connaît en France une augmentation régulière de pratiquants et licenciés. 

C’est donc auprès du plus grand club de futsal en terme de licenciés en Rhône Alpes, que j’ai pu admirer toute la technicité et la vision du jeu qui font du futsal un sport bien différent du football.

Le FSMD, Futsal Saône Mont D’or, ouvrait le championnat régional 1 où son équipe fanion évolue, en recevant l’équipe de Clermont l’ouverture, candidate à la montée.

Autant dire que pour une novice comme moi, j’allais assister à un joli spectacle.

Avant LE grand match d’ouverture, les deux autres équipes seniors du Futsal Saône Mont D’or jouaient également à domicile en lever de rideau. De quoi me familiariser aux particularités du futsal, repérer les temps forts et pouvoir figer aux mieux les actions des joueurs.

 

Cérémonie protocolaire d’avant-match : Futsal Saône Mont D’or / L’ouverture Clermont

Rapidité, communication, puissance

Le futsal se joue sur un terrain similaire à celui pour le handball. Seuls quelques repères supplémentaires viennent agrémenter les marques au sol.

Les changements de joueurs sont illimités et se font à la volée. Les touches se jouent au pied après avoir touché le ballon de la main. Et les matchs sont bien évidemment régulés par un corps arbitral. 

Mais à la différence de bon nombre de sports, au futsal, le terrain est laissé uniquement aux joueurs. Les arbitres, se déplaçant principalement le long des lignes de touche, n’interviennent dans l’espace de jeu que lors de coups de pieds arrêtés (ou blessures de joueurs). Il faut dire que le jeu est tellement rapide qu’il serait difficile d’imaginer un onzième « homme » sur le terrain. 

Dès l’entame des matchs je comprends rapidement qu’au futsal il est question d’agilité, de rapidité, de communication, de puissance et surtout d’endurance. Alors qu’au foot à 11, les joueurs peuvent se permettre de marcher ou d’être spectateurs de l’action de jeu, au futsal il en est tout autre.

Au futsal, attendre sur place ou laisser ses coéquipiers défendre seuls est inconcevable. Les quatre joueurs de champs orchestrés par leur gardien de but ne cessent de se déplacer pour créer des espaces et percer la défense adverse. Les joueurs se parlent, s’encouragent et donnent tout ce qu’ils ont sous la semelle. À chaque action, tous les joueurs sont concernés. Le jeu est tellement rapide que vous avez vite fait de voir un joueur armer une lourde frappe cadrée. 

Et malgré la puissance de certaines frappes, les gardiens repoussent le cuir à mains nues. 

Là où au foot à 11 les gardiens ont les mains bien protégées par des gants rembourrées, au futsal leurs homologues n’ont généralement aucun gant. Ils stoppent les ballons à mains nues ou équipés de mitaines. 

Gardien de futsal – mains nues
Gardien de futsal avec mitaines

Du spectacle technique

Si vous êtes friands de gestes techniques et de jeu rapide, allez voir un match de futsal. Vous constaterez par vous-même à quel point un joueur futsal peut être aussi technique que Neymar mais qu’il aura besoin de toute son équipe pour fixer la défense, créer les décalages nécessaires, délivrer l’extra passe et vaincre. 

Vous pourrez également savourer l’avantage d’un sport en salle : vous serez au cœur de l’action assis au chaud et entendrez les joueurs se guider pour former un bloc aussi solide qu’ils le pourront. 

Au futsal, tous les joueurs sont concernés lors de la récupération du ballon

Pour ma part, ce fut une belle initiation au futsal. Initiation côté spectateur uniquement car je suis plus douée avec les mains 🏀 qu’avec les pieds ⚽️ 

Mais le futsal ne pouvait que me plaire : un sport de balle (on s’appelle LACHE TA BALLE), un gymnase (pas de problème de météo), je partais avec de bonnes bases 🙃

 



Rendez-vous pris avec le FSMD pour découvrir leur école de Foot.
Les enfants seront-ils aussi techniques que leurs ainés ?

Cet article a été posté dans Nouveau. Marque cette page.